Maison et atelier Charles Vandenhove

  • Date 1963, 1974, 1990
  • Adresse Rue Chauve-Souris, 60 – 4000 Liège

L’essor des activités de Charles Vandenhove amène l’architecte à quitter ses bureaux et son habitation installés dans la rue Bois l’Évêque. Depuis plusieurs années déjà, l’architecte avait les yeux rivés vers les terrains laissés à l’abandon suite à la disparition du charbonnage de la Haye dans les années 1930. Acheté en 1961, la parcelle d’environ 1ha peut sembler ingrate. À forte déclivité, l’essentiel est en zone non aedificandi. Pourtant, elle offre également de nombreux avantages. Sur les hauteurs de Liège, en bordure du plateau de Saint-Gilles, elle est idéalement tournée vers le sud et offre une vue exceptionnelle sur la ville tandis qu’une étroite bande de terre peut-être bâtie.

Charles Vandenhove tire profit d’une déclivité a priori très contraignante pour s’allonger discrètement dans le paysage. « Creusée » entre les arbres, la maison ne laisse apparaitre que le garage au sommet. La vie et le travail se feront ailleurs, tournés vers la nature à l’abri du nord. Le long du garage, un escalier réservé aux collaborateurs et aux clients accède au premier niveau et à l’atelier flanqué du bureau de Charles Vandenhove où s’intègre une œuvre de Luis Feito peinte in situ. La salle de dessin se prolonge vers l’extérieur avec un grand patio tourné vers le nord. Quelques murs en briques et un escalier en béton créent un autre cheminement vers la maison et conduit à un hall et un escalier qui descend vers l’étage inférieur réservé au couple. En complicité avec le jardin, il rassemble, outre les pièces d’usage habituel, une belle bibliothèque à proximité immédiate de la chambre conjugale. L’écriture portée par l’architecte privilégie la brique et le béton dans des volumes simples à toiture plate. Une esthétique du matériau que l’on retrouve tant à l’intérieur qu’à l’extérieur. Le dessin des châssis en afzelia rappelle quant à lui le travail qu’avait mené l’architecte quelques années plus tôt dans la halle d’Inichar.

L’essor que connaît le bureau dans les années 1970 conduit l’architecte à agrandir l’atelier. Un grande verrière dont le principe constructif constitue le prototype de la verrière du CHU est posée au-dessus des espaces privés en 1972. Le départ de l’agence d’architecture dans les locaux de Torrentius conduit l’architecte à revoir l’affectation des espaces professionnels qui sont désormais réservés à l’habitation de la famille de Prudent de Wispelaere, collaborateur historique de Vandenhove. Un dernier agrandissement réalisé par ce dernier voit le jour en 1990 avec la construction d’un étage au-dessus du garage.

  • Bibliographie

    Numéro spécial consacré à l’architecte Ch. Vandenhove, La Maison, n° 5, mai 1967, p. 148-149.

    « Atelier et maison de l’architecte à Liège 1962-1964 » dans Architecture, n° 93, janvier-février 1970, p. 694-696.

    BEKAERT, Geert, VERSCHAFFEL, Bart, DERCON, Chris, Charles Vandenhove : art et architecture, Tournai, La Renaissance du Livre, 1998, p. 36-38.

    BEKAERT, Geert, « Charles Vandenhove, agrandissement de sa maison personnelle, Liège » dans A+, n° 17, avril 1975, p. 32-39.

    BEKAERT, Geert, « Maison Charles Vandenhove / Liège » dans Charles Vandenhove, une architecture de la densité, Liège, Pierre Mardaga éditeur, 1985, p. 53-58.

  • Auteur et date de la notice Sébastien Charlier, 2021