Maison rue Bonne Fortune

  • Date 1997-2000
  • Adresse Rue Bonne Fortune, 13 – 4000 Liège

Alors qu’il est en train de finaliser le chantier de la maison Esther, Vandenhove porte son énergie sur un projet prestigieux, la transformation de l’hôtel de Woot de Tinlot construit au XVIIIe siècle et situé rue Bonne-Fortune. Situé à l’ombre de la cathédrale, le bâtiment a connu de multiples affectations et a fait l’objet d’une importante transformation à la fin des années 1980 portée par l’agence d’architecture Audex. Ainsi, lorsque Vandenhove est chargé de reprendre le projet, il décide de repartir d’une page blanche. Après avoir supprimé les interventions les plus récentes, l’architecte s’attaque à réhabiliter ce qui avait été une école professionnelle en une élégante habitation particulière. Au niveau de l’aile tournée vers la rue Bonne Fortune, Vandenhove conserve le porche d’entrée qui fait office de séparation entre le logement du concierge et les espaces réservés au commanditaire. Au rez-de-chaussée, les cloisons sont progressivement détruites pour libérer les espaces de réception qui se succèdent sur un plan en L. De l’autre côté du jardin agrémenté d’une terrasse et d’un bassin, une orangerie en verre sur structure en acier inoxydable avec châssis en bois n’est pas sans rappeler, à petite échelle, la galerie du Palais de justice de s’Hertogenbosch. Les étages, desservis par un escalier hélicoïdal, proposent un plan similaire mais sont dédiés aux espaces privés ainsi qu’à une grande salle de gymnastique réservée au maître d’ouvrage, féru de sport.

Le projet de Bonne Fortune se distingue à plusieurs égards dans l’œuvre de Vandenhove. La richesse des matériaux et la qualité de leur mise en œuvre dépasse largement ce que l’architecte avait pu réaliser jusqu’alors dans une maison particulière. La pierre de Vinalmont, le marbre de Carrare et le chêne massif dialoguent en toute harmonie non sans une pointe de démonstration. La collaboration d’artistes atteint également ici un niveau supérieur puisque ce sont près d’une dizaine de plasticiens qui interviennent tant dans les espaces intérieurs que dans la cour. Citons notamment Charlotte Beaudry, Daniel Buren, Patrick Corillon, Jean-Pierre Pincemin ou Sol LeWitt…

 

  • Bibliographie

    BEKAERT, Geert, Bonne Fortune, Paris, Éditions du Regard, 2002.

    Charles Vandenhove, architecture / architectuur 1954-2014, Tielt, Lannoo Publishers, 2014, p. 42-43 et 208-215.

  • AUTEUR ET DATE DE LA NOTICE Sébastien Charlier, 2022