Inichar

  • Date 1960-1965
  • Adresse Rue du Chéra, 200 – 4000 Liège

La conception des bâtiments de l’Institut national de l’Industrie charbonnière (INICHAR) intervient quelques années après la séparation de Charles Vandenhove et Lucien Kroll, en 1957. Désormais seul aux commandes, l’architecte multiplie les projets dans le secteur public, en particulier auprès de l’Université de Liège avec la conception du laboratoire Bétatron et Gammatron (1958) et la clinique mortuaire (1958).

Créé en 1947 afin de soutenir l’industrie charbonnière belge, l’INICHAR confie à Vandenhove la conception de son nouveau siège en 1960 sur des terrains situés à proximité du Val Benoît entre la colline de Cointe et une ligne de chemin de fer vers Namur. Au cœur d’aménagements extérieurs particulièrement soignés, le complexe rassemble trois bâtiments respectivement dédiés à des locaux administratifs, des laboratoires et une halle d’essais. Le bâtiment administratif repose sur une ossature en béton dont les piliers sont disposés en façades. Sans éléments porteurs intermédiaires, il bénéficie d’une grande liberté dans les aménagements intérieurs. Vandenhove apporte un soin particulier aux espaces intérieurs. En particulier, l’escalier hélicoïdal, que l’on retrouve notamment dans la résidence pour étudiants Lucien Brull construite au même moment, et qui apparaît déjà comme un élément archétypal dans l’œuvre de l’architecte.

Destiné à accueillir des charges plus conséquentes, l’ossature du volume abritant les laboratoires de recherche se veut plus robuste. Posé en face du bâtiment administratif, il adopte une écriture similaire avec une combinaison brique-béton et une toiture plate. La séquence d’entrée  et le volume destiné aux cages d’ascenseur apportent toutefois une dimension plus sculpturale. Destiné aux essais « industriels » la halle est un haut volume dominé par la brique. Des baies en bandeau et des lanterneaux apportent un éclairage naturel à l’intérieur. La halle est en outre flanquée de deux volumes plus bas destinés à des laboratoires et des ateliers. Réceptionné en 1965, le bâtiment connaitra diverses interventions,  certaines confiées à Vandenhove comme l’atelier-pilote de mise en forme des polymères (1974) dont la conception est partagée avec l’ingénieur René Greisch.

« Par son ampleur, mais surtout par sa qualité, le complexe d’INICHAR peut être considéré à juste titre comme le point de départ définitif de l’œuvre de Vandenhove et comme sa localisation dans le panorama architectural de cette époque. » Geert Bekaert

 

  • Bibliographie

    Numéro spécial consacré à l’architecte Ch. Vandenhove, La Maison, n° 5, mai 1967, p. 139-144.

    BEKAERT, Geert, VERSCHAFFEL, Bart, DERCON, Chris, Charles Vandenhove : art et architecture, Tournai, La Renaissance du Livre, 1998, p. 34.

    HENRION, Pierre, De l’INICHAR à l’ISSeP. L’architecte Charles Vandenhove au Val Benoît à Liège, Namur, IPW, 2017.

  • Auteur et date de la notice Sébastien Charlier, 2021