Hors-Château

  • Date 1979-1985
  • Adresse Rues Hors-Château et des Brasseurs, cour Saint-Antoine

À la fin des années 1970, Liège sort d’une longue période marquée par de profonds bouleversements urbains. Sous la houlette de l’échevin des Travaux publics Jean Lejeune, la destruction d’îlots entiers dans le centre-ville a profondément meurtri le Genius loci de la cité. Et c’est l’idéal moderne « détourné » qui voit la destruction de pans entiers de la place Saint-Lambert laissant un gigantesque no man’s land au cœur de la cité pendant plus de vingt ans.

Non loin du « trou de la place Saint-Lambert », le quartier Hors-Château constitue un nouvel enjeu. Le patrimoine bâti y est riche mais vieillissant et ne correspond plus aux besoins des habitants. Si les autorités publiques auraient pu mener une nouvelle politique de tabula rasa, elles décident toutefois de suivre un tout autre chemin.

Le projet de rénovation urbaine du quartier Hors-Château est porté par la Société de Développement régional pour la Wallonie (SDRW) dont l’une des missions est de « favoriser le renforcement et la restructuration des noyaux urbains » tout en soutenant la construction de logements accessibles dans les centres de villes. Plus globalement, les projets portés par la SDRW s’inscrivent dans un contexte de remise en question du modernisme : « Même si cela dérange, il faut admettre que l’architecture moderniste est, avant tout, dans le vécu de la population, associée à la construction d’ensembles démesurés , aux profits acquis par les promoteurs, à l’insécurité, au mal-être, plutôt qu’aux objectifs sociaux dont elle se voulait originellement porteuse. »

En cette fin des années 1970, le projet de la SDRW va se focaliser à Liège sur deux secteurs : celui d’Hors-Château confié à Charles Vandenhove et celui du Bernalmont dont Pierre Arnould – qui vient de quitter l’agence Vandenhove – sera le maître d’œuvre.

Pour Charles Vandenhove, ce projet amorce un tournant. Pour la première fois, l’architecte est amené à travailler dans un territoire à haute valeur historique. L’approche s’articule autour de trois axes : rénovations des maisons situées en bordure de la rue Hors-Château, construction de nouveaux logements vers la rue des Brasseurs et aménagement d’une place en intérieur d’îlot, à l’abri de la circulation. La rénovation des logements anciens tient compte de l’impératif d’offrir une typologie variée de logements allant de la maison à l’appartement 3 chambres en passant par le studio. L’intervention dans les 13 maisons anciennes se veut minutieuse et interdit toute solution standardisée. Charles Vandenhove parvient toutefois à donner l’image d’une intervention homogène dans une intervention combinant préservation des caractéristiques historiques et écriture contemporaine. Vers la rue des Brasseurs, l’architecte dessine des nouveaux bâtiments de deux étages sous toiture et ponctué d’une tour. Construit au-dessus d’un parking souterrain, l’ensemble compte près d’une trentaine de logements et plusieurs surfaces commerciales ou de bureaux. Avec cette partie du projet, Vandenhove répond à l’enjeu d’industrialisation mis en avant par la SDRW notamment en mettant en œuvre le béton architectonique qu’il maitrise depuis longtemps. Les ensembles contemporains et historiques entrent en dialogue grâce à une écriture homogène : dimensions originelles des portes et fenêtres, remplacement des croisées par des colonnettes et traverses en bronze, portes et fenêtres à croisées serties de carreaux carrés colorés… Entre les bâtiments rénovés et le nouvel immeuble, Vandenhove aménage une petite place fermée à ses extrémités par deux petites maisons. Accessible au public par deux arvôs, la place se veut une espace de repos. Une fontaine alimente par déversement une rigole qui chemine jusqu’à une sculpture d’Anne et Patrick Poirier évoquant le temple maya de Tikal.

  • Bibliographie

    Rénovation et création d’une nouvelle place en Hors-Château à Liège, Liège, Pierre Mardaga éditeur, 1984.

    CHASLIN, François, « Un quartier de noblesse » dans Charles Vandenhove, une architecture de la densité, Liège, Pierre Mardaga éditeur, 1985, p. 68-75.

    TREVISIOL, Robert, « Hors-Château » dans A+, n° 86, janvier-mars 1985, p. 36-38.

    GARDIER, Laurie, La rénovation urbaine à Liège sous l’échevinat de Jean Lejeune 1959-1976 : Le cas du quartier Hors-Château-Feronstrée, mémoire en architecture, Uliège, 2017-2018.

  • Auteur et date de la notice Sébastien Charlier, 2021